LIMITATION PROVISOIRE DE L’USAGE DE L’EAU

Le département est en état de déficit pluviométrique très important et les pluies de ces derniers jours n’ont pas été suffisantes pour rétablir la situation. En conséquence de quoi, le préfet du Gard a pris un arrêté instaurant des mesures de limitation provisoire des usages de l’eau dans le département. Nous sommes pour le moment au niveau 1 des restrictions d’usage de l’eau jusqu’au 30 avril. Ainsi, sont interdits : le remplissage complet des piscines, le lavage des véhicules (sauf dans les installations de lavage professionnelles) l’arrosage des jardins et potagers. Entre 8 et 20 heures sont interdits : l’arrosage des pelouses, des espaces verts et des jardins d’agrément. L’usage agricole est autorisé pour les cultures équipées du goutte à goutte. Les prélèvements par captages et forages doivent baisser de 30 %. Tout contrevenant aux mesures du présent arrêté encourt une peine d’amende prévue pour les contraventions de 5e catégorie, d’un montant maximum de 1 500.

(Jean-Marc Garnier – Correspondant de Saint Jean de Valériscle – Article paru dans Midi Libre le 28/03/2012)

Posted in ACTUALITES, PREVENTION | Leave a comment

MARIE VERBEKE SÉLECTIONNÉE POUR LA FINALE DÉPARTEMENTALE

Quand on partait de bon matin, quand on partait sur les chemins … à bicyclette … Mais cette époque d’Yves Montand est maintenant révolue. Les bicyclettes ne sont plus seules sur les routes. Il faut donc être équipé correctement et connaître toutes les arcanes du code de la route pour éviter un accident. Il faut apprendre jeune pour bien assimiler les règles pour partager correctement la route. C’est donc tout naturellement à l’école que débute cet apprentissage. Les droits, mais surtout les devoirs des conducteurs font l’objet d’un travail d’apprentissage de longue halène.
C’est le cas dans les écoles de la Vallée de l’Auzonnet. Pour vérifier les connaissances et les capacités des élèves de CM2, des épreuves étaient programmés à l’école de Saint Florent. Orchestrée par la brigade motorisée d’Alès, après un cours théorique, un questionnaire, à partir de dessins, était proposé aux enfants.
L’après midi, un circuit et des épreuves techniques étaient au programme. Déplacement à vélo en respectant la signalisation, négociation d’un rond point et autres situations de conduite étaient organisés. Il fallait aussi montrer sa capacité à maîtriser son deux roues. Rouler sur une poutre, attraper une balle pour la déposer sur un plot, ou s’arrêter sans faire tomber des quilles ont posé quelques problèmes à certains.
Il s’agissait d’un concours de sélection pour une future épreuve au niveau départemental. Et c’est Marine Verbeke, du quartier de Canteser à Saint Jean qui a totalisé le plus de points à la fin de toutes ces épreuves. Dix ans et plein de connaissances en matière de circulation routière, Marine représentera la vallée de l’Auzonnet lors de la finale départementale qui aura lieu le 13 juin à Nîmes. Il faut dire qu’on la voit passer à bicyclette sur les routes du village avec sa petite sœur, respectant bien les consignes de maman qui supervise le petit peloton en suivant derrière.
Car, Depuis qu’elle a eu huit ans, Marine a fait en la suivant tous les chemins environnants … A bicyclette !

(Jean-Marc Garnier – Correspondant de Saint Jean de Valériscle – Article paru dans Midi Libre le 27/03/2012)

 

Posted in ACTUALITES, VIE SCOLAIRE | Leave a comment

DÉFILÉ COLORÉ ET BRUYANT POUR FÊTER MONSIEUR CARNAVAL

Alors que le Capitaine crochet partait à l’assaut avec ses corsaires, les Mousquetaires et Zorro venaient sauver les princesses et les fées. Bras dessus, bras dessous, une indienne et une hippie faisaient du boniment à un Arlequin radieux. Batman épiait incognito le retour du Djedaï. Baguera, bien installée dans sa poussette, observait les allées et venues. Prêt à intervenir, le pompier attendait les flammes de l’enfer, puisqu’un bon petit diable était là avec sa fourche et ses cornes pointues. Le judoka n’avait pas de prise sur le beau spectacle d’une petite chinoise sous son ombrelle. Tout cela faisait bien rire les clowns. Et les abeilles me direz-vous ? Il y en avait trois : la Reine, maîtresse de la ruche et une butineuse très attentionnée pour la petite dernière qui ne songeait qu’à admirer les belles fleurs du printemps naissant.

Rêve ou hallucination sur la place du village ? Tout simplement le carnaval des enfants de l’école qui ont défilé dans les rues du village en suivant Monsieur Carnaval perché sur le camion municipal. Equipés de sifflets, fournis par le Sou des écoles, ils ont sauté, dansé et fait beaucoup de bruit, tout en jetant des confettis à l’envie.

Tout ce petit monde, accompagné de nombreux parents a terminé cette folle farandole dans la cour de l’école où boissons et gâteaux les attendaient.
Un concours de dessins sur le thème du printemps avait été organisé dans les classes. Dans chaque niveau, le jury a choisi le dessin qui lui paraissait correspondre le mieux au printemps. Coloriages, découpages et collages ont été récompensés, avant que la fête ne se termine, sans pour autant que Monsieur Carnaval ne soit brûlé : Mesures de sécurité incendie obligent !

(Jean-Marc Garnier – Correspondant de Saint Jean de Valériscle – Article paru dans Midi Libre le 24/03/2012)

Posted in ACTUALITES, VIE SCOLAIRE | Leave a comment

ENCORE UN ACCIDENT A LA SORTIE DU VILLAGE

Une grande ligne droite suivie d’une descente qui précède un virage, ajouter à cela une chaussée mouillée, il n’en faut pas plus pour que de nombreux véhicules terminent leur course dans le mur. C’est ce qui est arrivé encore en cette fin de matinée de dimanche. Une Clio, venant de Saint Florent a glissé dans le virage avant de venir percuter le mur sur le côté gauche de la chaussée. Premier choc de face, avant que l’élan n’entraîne le véhicule dans une embardée sur son côté droit quelques mètres plus bas.
Rapidement sur les lieux, les pompiers ont fait sortir la passagère, avant de procéder aux préparatifs d’usage pour prévenir à toutes éventualités en ce qui concerne le chauffeur. Dûment bloqué par une minerve, puis installé sur un brancard gonflable, il a été évacué vers les urgences, sans que son état ne semble trop préoccupant.
Ce virage, limité à 70 km à l’heure, en surprend plus d’un au bout d’une longue ligne droite, et les accidents, pour l’instant sans trop de conséquences, sont assez fréquents.

(Jean-Marc Garnier – Correspondant de Saint Jean de Valériscle – Article paru dans Midi Libre le 19/03/2012)

Posted in ACTUALITES | Leave a comment

RÉUNION DU CONSEIL MUNICIPAL – MARDI 27 MARS 2012 – 18h30

ORDRE DU JOUR

Vote du compte administratif 2011 M14.
Vote du compte administratif 2011 M49.
Vote du compte de gestion du percepteur exercice 2011 M14.
Vote du compte de gestion du percepteur exercice 2011 M49.
Affectation du résultat M14.
Affectation du résultat M49.
Vote des 3 taxes.
Vote du Budget Primitif 2012 M14.
Vote du Budget Primitif 2012 M49.
Tarif du Chauffage.
Demande de subvention exceptionnelle pour le Comité d’Animation concernant la fête votive.
Changement des tarifs des tickets ‘’manifestations culturelles’’ en provision à la Perception.
Vente d’une parcelle située à Cante Ser les Miniers.
Tarif chauffage.
RASED (Réseaux d’Aide Spécialisée aux Elèves en Difficulté).
Demandes de subventions.

Questions diverses

Posted in ACTUALITES, VIE ADMINISTRATIVE | Leave a comment

BEAU SUCCÈS DU RASSEMBLEMENT MOTO

Ils portaient des culottes, des bottes de moto, des blousons de cuir noir avec des aigles sur le dos. Mais en pilotes responsables, les motards venus à Saint Jean ne sont pas partis comme des boulets de canon, et n’ont pas semé la terreur dans toute la région !
Et pourtant, ils étaient plusieurs centaines par ce beau dimanche ensoleillé à avoir fait le déplacement pour ce premier rassemblement motards. Venus de tout le département, des départements limitrophes, voire même de l’Aude, du Var ou de la Drôme, ils se sont retrouvés dans la cour du Luxembourg pour discuter, échanger, et surtout parler de leurs motos, de leurs sorties, de leurs clubs.
Les abords du Trianon n’avaient jamais connu un tel rassemblement mécanique. Motos en tous genres : Routières grand tourisme, sportives, roadsters (moto sans carénage), customs recouvertes de chrome et de cuir, trikes (motos à 2 roues à l’arrière), toute la gamme était visible à Saint Jean.
Attablés dans la cour, sous un beau soleil printanier, les pilotes ont pu déguster une bonne paëlla, en parlant cylindrée, boîte à vitesse, amortisseurs et tunning.
Dans l’après midi, c’est une véritable vague motorisée qui, après un petit tour sur la grand place du village, est partie tranquillement visiter le canton de Saint Ambroix et celui de Bessèges. Ce petit périple d’une soixantaine de kilomètres, sur nos routes vallonnées a permis à tous ces motards de découvrir un peu de nos Cévennes.
De retour au village, enchantés, beaucoup ont souhaité revenir un de ces jours sur nos petites routes pour admirer le paysage lors d’un nouveau rassemblement au relais motard de Saint Jean.

(Jean-Marc Garnier – Correspondant de Saint Jean de Valériscle – Article paru dans Midi Libre le 16/03/2012)

Posted in ACTUALITES, COMMERCES | Leave a comment

MOMENTS DE BONHEUR PARTAGÉ POUR LES 80 ANS DE BRUNO

« C’est si bon, un jour d’anniversaire, de souffler entre amis, ses 80 bougies » Cette parodie de la chanson d’Yves Montant était tout à fait appropriée pour fêter les 80 ans de Bruno Jékal. Famille et amis avaient été invités en cachette de l’intéressé. Et ce fut une belle surprise pour lui !
Retraité de la mine, où il a fait toute sa carrière au fond, Bruno a commencé au puits Destival, puis est venu à Saint Jean, a travaillé à Saint Florent avant de terminer à La Grand Combe. Un de ses amis, ingénieur dans les mines du Nord, lui a offert une vraie lampe de mineur, qui a servi en son temps dans une « fosse » comme ils disent là haut. Il a interprété pour lui une chanson sur les gueules noires. Un des couplets disait ceci : « Mais si toute la semaine tu te crèves en bas, dimanche enfin, tout le ciel est à toi. Et dans tes draps blancs, dès ton réveil, les yeux de ta femme sont comme un soleil » C’est bien ce qui correspond au couple Thérèse et Bruno. On les voit, toujours sourire aux lèvres, sur les pistes de danse, dès que l’occasion se présente.
Bronislaw est le prénom de baptême de Bruno car ses parents étaient d’origine polonaise. Il a fait partie de l’équipe de foot de Cendras. C’est en venant jouer sur le terrain de Saint Jean qu’il a rencontré Thérèse.
Ils coulent maintenant des jours heureux au quartier des Prats, entre promenades, parties de boules et jeux de cartes, toujours en famille ou entre amis et … Ne pas oublier, quand le temps y est favorable, la cueillette des champignons. Et Bruno est un fin limier en la matière !

(Jean-Marc Garnier – Correspondant de Saint Jean de Valériscle – Article paru dans Midi Libre le 10/03/2012)

Posted in ACTUALITES | Leave a comment

BELLE AFFLUENCE LORS DU RASSEMBLEMENT MOTO

En cette belle journée dominicale, de nombreux motards se sont donnés rendez-vous au relais motos du Café du Luxembourg.

Vidéos postées sur youtube par des motards présents ce jour-là :

http://www.youtube.com/watch?v=v-F6xgxzxTc&feature=player_embedded#!

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=BSXEgsz3rLI

http://www.youtube.com/watch?v=0YZ8RaM8YYA&feature=player_embedded

http://www.youtube.com/watch?v=bnLgR8Zb8nE&feature=player_embedded#!

Posted in ACTUALITES, COMMERCES | Leave a comment

ARRÊTÉ INTERDISANT DE FAIRE DU FEU

Le risque incendie de forêt demeure très important sur le département en cette période hivernale en raison de l’absence de précipitations notables depuis le début de l’année et de la présence d’un vent important. On constate un état de dessèchement de la végétation et un volume important de biomasse combustible. En conséquence, le préfet du Gard a décrété une interdiction de fumer, de porter ou d’allumer du feu à l’intérieur et jusqu’à une distance de 200 mètres des bois, forêts, landes, maquis, garrigues, plantations et reboisements. Il est également interdit aux usagers circulant sur les voies publiques traversant ces terrains de fumer ou de jeter des objets brûlants. Cette interdiction court jusqu’au 25 mars inclus.

(Jean-Marc Garnier – Correspondant de Saint Jean de Valériscle – Article paru dans Midi Libre le 16/02/2012)

Posted in ACTUALITES, PREVENTION, VIE ADMINISTRATIVE | Leave a comment

LA SAGA DES CHIENS CONTINUE SUR LE RESPECT DE L’ENVIRONNEMENT

Le séjour se poursuit pour Mirza, chien en vacance qui a retrouvé Youki, chien saint jeannais.
Après les salutations d’usage, les animaux de bonne compagnie sont toujours polis, les deux amis engagent la conversation.
Youki : Alors, ce séjour à Saint Jean, toujours aussi divertissant ?
Mirza : Oui, et je me suis fait un nouveau copain ! Un bel épagneul qui a fini sa saison, puisque la chasse est maintenant fermée. Et il m’en a raconté de belles !
Youki : Allez, dis moi, ne me fais pas languir !
Mirza : Oh ! Ce n’est pas très réjouissant, du moins pour le début de l’histoire. Pour ne pas perdre le flair pour la prochaine saison de chasse, mon copain s’entraine souvent dans la garrigue, pour repérer les pistes du gibier. Figure-toi, que sur un terrain rocailleux et dégagé, il a trouvé des tas de douilles de cartouches vides.
Youki : Comment se fait-il que ces résidus de chasse traînent dans la nature ?
Mirza : Mon copain, m’a dit que son maître, bon chasseur, récupérait ses douilles vides. Il m’a même expliqué que, dans le cadre du développement durable, la chasse ne doit pas faire exception et se doit de respecter le concept de durabilité et de responsabilité.
Youki : Et alors … Que faisaient ces douilles dans la nature ?
Mirza : Comme ailleurs, il y a des brebis galeuses au sein des chasseurs. Ils ne respectent pas l’environnement.
Youki : Tout cela est bien triste. Mais au fait, la bonne nouvelle que tu m’avais annonceé ?
Mirza : Ah oui, j’y viens. Ce dimanche, un petit garçon qui était venu souhaiter la fête à sa mamie est allé se promener avec elle dans la campagne. Il a repéré toutes ces cartouches multicolores et avec l’aide de sa grand-mère, il a décidé de les ramasser. En moins d’une heure, et sur quelques dizaines de mètres carrés, ils en ont recueilli plus de 300 ! Tu te rends compte ! Surtout que mon copain l’Epagneul m’a dit qu’il existait des systèmes de collecte et de recyclage pour ces douilles usagées.
Décidément, il y a encore du travail à faire auprès de certains pour le respect de la nature, pensa Youki en s’éloignant.

(Jean-Marc Garnier – Correspondant de Saint Jean de Valériscle – Article paru dans Midi Libre le 09/03/2012)

Posted in ACTUALITES, PREVENTION | Leave a comment

AVANT L’ARRIVÉE DU MOUSTIQUE TIGRE, QUELQUES PRÉCAUTIONS A PRENDRE

Bien que nuisants, tous les moustiques ne transmettent pas de maladies. Aedes albopictus est un moustique d’origine tropicale, également appelé «moustique tigre».

Il existe alors un risque de transmission de ces maladies dans la région, selon le processus suivant :

• un voyageur infecté en zone d’endémie (Asie du sud est, Amérique du sud, Afrique) revient dans un département dans lequel le moustique est implanté alors qu’il se trouve en phase virémique (présence du virus dans le sang jusqu’à 7 jours après le début des signes cliniques) et se fait piquer par Aedes albopictus.
• après quelques jours, le moustique infecté devient à son tour infectant et peut alors contaminer d’autres personnes lors de piqûres, un cycle de transmission peut alors commencer avec apparition de cas autochtones (personnes n’ayant pas voyagé dans une zone d’endémie).

Son implantation a été mise en évidence en Languedoc-Roussillon : dans le Gard et l’Hérault. Il se déplace peu, donc celui qui vous pique est né chez vous.Ainsi, il est important de supprimer les eaux stagnantes qui servent de lieux de reproduction du moustique : soucoupes des pots de fleur, vases, gouttières mal entretenues, pneus usagés, etc… Des gestes qui réduisent de 80% le risque de présence du moustique à proximité du domicile et donc de piqûre.

CE QU’IL FAUT SAVOIR SUR LE MOUSTIQUE TIGRE

SOYEZ SECS AVEC LES MOUSTIQUES

Sur le moustique tigre, son implantation et les gestes de prévention : albopictus30

 

Posted in ACTUALITES, FAUNE, PREVENTION | 1 Comment

MANON DES SOURCES CEVENOLES ! QUAND L’EAU EST UN BIEN PRECIEUX

C’était au début du siècle dernier. Il n’y avait pas encore l’eau courante dans les maisons. Aussi, sources et fontaines étaient elles précieuses, tant pour l’eau  pour la cuisine et la boisson, que pour l’eau destinée à la toilette, aux taches ménagères et aux animaux.
Ainsi, un 6 septembre de l’an 1913, le garde champêtre, « dûment assermenté et revêtu des insignes de ses fonctions », comme l’exigeait la loi, faisait un rapport qui pourrait faire sourire de nos jours.
Vers les six heures du matin, nous avons  aperçu un groupe d’environ vingt femmes à la fontaine. Elles faisaient un tapage infernal ! Nous nous sommes rendus sur les lieux pour connaître le fait. Nous apercevons tout de suite que la fontaine publique, qui coulait en abondance la veille, était presque complètement tarie. Sur six tuyaux, un seul coulait à peine. Nous nous livrons aussitôt à une enquête, et nous apprenons que le propriétaire du terrain en amont avait employé une équipe de maçons, pendant la nuit précédente, pour détourner l’eau de la source à son profit !
Après moultes palabres et, suite à l’intervention du premier magistrat, le « détourneur» fut prié de remettre les choses en l’état, et la population a été à nouveau alimentée en eau comme par le passé. Et le garde champêtre de conclure : En fait de quoi, nous avons dressé ce procès verbal pour être déposé aux archives de la mairie.
La fontaine du village existe toujours, le débit est infime suite à toutes les galeries minières qui ont sillonné le sous sol du village. Mais qui s’en soucie à l’heure actuelle, car plus de lavandières, plus de poules et de lapins à abreuver, plus de seaux pour charrier cette eau si précieuse qu’il fallait économiser, car pénible à transporter. Il est maintenant si facile d’ouvrir le robinet et de laisser couler l’eau, souvent plus qu’il est nécessaire !
Cette  facilité d’accès à l’eau potable pourra-t-elle durer encore longtemps ? Il faudrait songer dès maintenant, à ne pas la gaspiller, voire à l’économiser et à ne pas la polluer pour assurer un avenir serein, car l’eau est source de vie.
(Jean-Marc Garnier – Correspondant de Saint Jean de Valériscle – Article paru dans Midi Libre le 04/03/2012)
Posted in MÉMOIRE COLLECTIVE, PATRIMOINE, PREVENTION | Leave a comment

POUR LE RESPECT DE L’HYGIÈNE ET DE LA NATURE

Conversation canine entendue au coin d’une rue entre Mirza, chien en vacances et Youki, chien St Jeannais.

Mirza – Dis donc, il est drôlement chouette ton village ! »
Youki – Oui, c’est un petit village tout à fait agréable, avec un beau quartier médiéval, dans un écrin de collines verdoyantes.
Mirza – Mais pourquoi te pinces-tu le nez ?
Youki – Parce que, le matin, quand mon maître me sort, pour m’emmener dans la campagne, je suis obligé de slalomer au milieu des crottes que certains de mes congénères ont déposées au beau milieu de la rue.
Mirza –Pourquoi font-ils cela ?
Youki – Quand je discute avec eux, ils m’expliquent que, comme moi, ils aimeraient bien aller gambader dans la nature toute proche, plutôt que de salir pavés et trottoirs, mais leurs maîtres ne daignent pas faire l’effort de les accompagner un peu plus loin que d’habitude.
Mirza – Y a-t-il une solution à ce problème de salubrité publique ?
Youki – Il faudrait tout simplement apprendre un minimum de civilité et de respect des autres à ces propriétaires de chien indélicats. Le soir, tranquillement assis au coin du feu, j’écoute moi aussi les informations, et j’ai entendu parler du Grenelle de l’environnement, et je me dis qu’un petit effort de chacun rendrait rapidement la vie plus agréable pour tous.
Mirza – Ca gâche la promenade
Youki – Et tu n’as pas tout vu en ce qui concerne le respect de la nature. Je vais me promener sur tous les chemins du village, et je peux te dire que, chez les humains, certains ne respectent absolument rien. Sur les chemins environnants, on trouve des tas de gravats et des amas d’encombrants qui gâchent chaque jour un peu plus le paysage. Pourtant, je sais que plusieurs déchetteries sont mises gracieusement à la disposition de tous les citoyens, mais ceux qui jettent de tout n’importe où méritent-ils encore le titre de citoyen ?
Un peu dépitée, Mirza s’est dit en quittant son copain qu’un fabuliste moralisateur aurait pu écrire une belle maxime sur ces tristes réalités.

(Jean-Marc Garnier – Correspondant de Saint Jean de Valériscle – Article paru dans Midi Libre le 03/03/2012)

Posted in ACTUALITES, PREVENTION | Leave a comment

NOUVEAUX HORAIRES POUR LA BOULANGERIE

La boulangerie ouvrira ses portes désormais de 7 h à 10 h du mardi au samedi et de 7 h à 12 heures le dimanche.

Posted in ACTUALITES, COMMERCES | Leave a comment

GRAND-MÈRE M’A RACONTÉ : LA VOTE

Depuis le début du siècle dernier, « la vote » c’est-à-dire la fête votive était tenue par les conscrits de l’année.
La fête commençait par la tournée des gâteaux. Les conscrits s’assuraient les services de quelques musiciens et passaient de maison en maison pour proposer un gâteau. Il ne s’agissait pas de simples brioches, comme c’est le cas maintenant, mais de vrais gâteaux à la crème. Et puis, les musiciens jouaient à la demande, cela allait de l’Internationale à l’Ave Maria en passant par une valse, suivant les idées politiques ou religieuses de chaque chef de famille. Puis le samedi, la fête commençait. Quelques manèges s’étaient installés : des balançoires au Luxembourg, le chahut au pied de la fontaine. Le carrousel devant la mairie était mis en mouvement par un cheval. Il y avait plusieurs stands de tombola. On pouvait gagner ici de la vaisselle, là des pralines, ailleurs des fougasses. On misait un sou sur un numéro et la roulette décidait du gagnant. Ce n’était pas la roue de la fortune, mais on se contentait de peu à l’époque ; Il y avait des concours de boules et des concours de chant. Les nombreux cafés sortaient tables et chaises sur le trottoir. On venait boire une bière ou de la limonade en famille.
Et puis, il y avait le bal, toujours dans la cour du Luxembourg, avec son concours de danse. La meilleure valseuse remportait une ombrelle et un flacon d’eau de Cologne. Mais pas question d’aller promener avec son galant à l’extérieur du bal. Les mamans étaient là et « montaient la garde » ! Mais comme le rappelle Renée Lahondes, la fête ne s’éternisait pas jusqu’à point d’heure, car « lou dilus, devets prendré lou cabas !» (le lundi, il fallait prendre le cabas, c’est-à-dire pour tous ces jeunes retourner à la mine).

(Jean-Marc Garnier – Correspondant de Saint Jean de Valériscle – Article paru dans Midi Libre le 29/02/2012)

Posted in MÉMOIRE COLLECTIVE, PATRIMOINE | Leave a comment

CYPRIENNE ASSENAT S’EN EST ALLEE

Elle avait atteint ses quatre vingts dix ans et semblait encore il y a quelques jours en bonne forme. Et pourtant, après une courte hospitalisation, elle s’est éteinte tranquillement pendant la nuit. Cyprienne Durand était devenue Saint Jeannaise lors de son mariage avec Henri Assénat qui demeurait au Barry. Jeune, pendant la guerre, il assurait le ravitaillement de la famille en se rendant en Haute Loire pour s’approvisionner auprès des paysans. Il avait rencontré Cyprienne et ils s’étaient mariés. Henri avait fait une grande partie de sa carrière à la mine. Ils s’étaient installés avec leurs trois enfants rue des Granges. Plus tard, le couple était devenu gardien d’un château. Mais Henri est tombé malade, et son épouse l’a soigné à la maison pendant de très nombreuses années avant qu’il ne décède. Quelques années après, elle avait uni sa solitude à René, habitant des Mages, qu’elle avait accompagné jusqu’à ses derniers instants. Un autre malheur était venu attrister sa vie il y a deux ans : le décès de son fils ainé Gilbert. Toujours de bonne humeur, elle attirait la sympathie du voisinage qui le lui rendait bien. Vive et spontanée, elle était toujours à l’écoute de son prochain. Cyprienne avait été membre actif de l’Association Familiale. Elle avait assuré avec dévouement le rôle de visiteuse de malades dans les hôpitaux. Elle se définissait comme une battante et pensait que son passage à l’hôpital ne serait bientôt qu’un mauvais souvenir. Elle est partie entourée de tous les siens, accompagnée d’une importante foule de voisins et d’amis. A ses enfants, petits enfants et arrières petits enfants, nous présentons nos sincères condoléances.

(Jean-Marc Garnier – Correspondant de Saint Jean de Valériscle – Article paru dans Midi Libre le 28/02/2012)

Posted in ACTUALITES, ETAT CIVIL | Leave a comment

GRAND-MÈRE M’A RACONTÉ : LES PETITS MÉTIERS D’AUTREFOIS

Avant le développement des moyens de transport, les déplacements vers la capitale des Cévennes étaient rares car longs et fastidieux. Aussi, dans chaque village, à peu près tous les métiers nécessaires étaient présents. Renée se souvient de ces artisans qui faisaient la joie des enfants et le bonheur des ménagères.

Un cordonnier (lou pégot) était indispensable pour réparer ou ressemeler la paire de chaussures (souvent unique exemplaire pour chacun). Il réparait aussi les harnais des chevaux. À l’entrée de son échoppe trônait une belle pancarte avec un magnifique coq doré où on pouvait lire : ‘Quand ce coq chantera, crédit tu feras !’

Chaque semaine, un estamaïre s’installait dans une échoppe rue des Granges. Dans un bain d’étain, il redonnait vie aux couverts en fer. Il réparait aussi oules (marmites) percées et récipients en faïence.

Régulièrement, le rémouleur s’installait sur la place. Il aiguisait tous les outils tranchants.

Dans la rue de l’église, le rempailleur s’asseyait devant la porte de sa boutique pour tresser la paille et rénover chaises et fauteuils.

Les métiers de bouche étaient bien représentés. Il y avait plusieurs bouchers. Ils abattaient eux-mêmes leurs bêtes. L’un d’eux possédait un abattoir qui n’était qu’un simple hangar. Un autre tuait ses bêtes en plein air derrière la mairie… loin des règlements sophistiqués obligatoires actuellement.

Des marchands ambulants sillonnaient de temps en temps les rues. Le marchand de lunettes portait une caisse sur son dos, équipé de petits tiroirs. Les myopes ou les presbytes venaient essayer… sans passer par l’oculiste ! Beaucoup de familles élevaient des lapins. Chaque mois le fataïre (ramasseur de fates : vieux morceaux de tissu mais aussi de peaux) claironnait dans les rues : Pel de lebre, pel des lapins, mai que la car y sieguesse dedins (peau de lièvre, peau de lapin, même s’il y a encore la viande à l’intérieur).

Ainsi allait la vie de notre petit village.

(Jean-Marc Garnier – Correspondant de Saint Jean de Valériscle – Article paru dans Midi Libre le 24/02/2012)

Posted in ACTUALITES, MÉMOIRE COLLECTIVE, PATRIMOINE | Leave a comment

PREMIER RASSEMBLEMENT MOTOS

Le dimanche 11 mars, à partir de 10 h, le Relais motards du Luxembourg organise son premier rassemblement motos. L’entrée en sera gratuite, ainsi que les emplacements pour les stands. Tous types et modèles de motos pourront être de la fête.

Au programme :

10h00 – accueil des motards.
10h30 – visite commentée du village et du musée des blasons.
12h00 – restauration sur place : saucisses frites ou paëlla géante.
14h15 – balade à moto dans les Cévennes, pour un périple d’une soixantaine de kilomètres.

Dans l’après midi, animations motardes sur la place du Luxembourg et dans la salle du Trianon : stands moto, crêpes
Une occasion pour les néophytes de découvrir de superbes machines et pour les pilotes de se retrouver entre connaisseurs.
Pour le repas paëlla, il est prudent de réserver. Pour tous renseignements, contacter le 04 66 78 64 20.

(Jean-Marc Garnier – Correspondant de Saint Jean de Valériscle – Article paru dans Midi Libre le 23/02/2012)

Posted in ACTUALITES, COMMERCES, CULTURE | Leave a comment

GRAND-MERE M’A RACONTE : LE TRAVAIL A LA TOILE

Comme la plupart des filles de l’entre deux guerre, Renée a passé sa jeunesse « à la toile ». L’activité minière, qui avait remplacé la sériciculture avait besoin de beaucoup de main d’œuvre. Pour trier le charbon, les filles, à partir de quatorze ans étaient placées de chaque côté d’une bande de transport, « la toile », sur laquelle circulaient tous les éléments sortis de la mine. L’œil aguerri, et la main leste, chacune était chargée de retirer les pierres et de laisser passer le charbon. A la sortie du criblage (tri des différentes grosseurs) il y avait trois bandes roulantes. La première bande était pour le menu fretin. La deuxième recevait les éléments un peu plus gros. Et enfin, la grande bande voyait passer les grosses mottes de charbon, mais aussi les grosses pierres. Sur cette bande, c’était les hommes qui triaient, car il fallait être costaud pour retirer les lourdes pierres. A la chaleur en été, au froid et au courant d’air en hiver, les quatre vingt employés prenaient le poste à 7 h le matin. Il y avait une «pause déjeuner » vers 11 h et le travail s’achevait à 16 h.
Un surveillant (Eugène) notait les paniers de pierres retirés par chacune, la paye dépendait du résultat. Le surveillant avait de temps en temps un besoin impérieux de quitter son poste. C’est à ce moment là que les plus hardies en profitaient pour ajouter quelques barres supplémentaires sur le carnet de compte des paniers. Quelques fois, un doute jaillissait dans le regard du surveillant, qui faisait la remarque à haute voix, mais le brave homme fermait les yeux sur cette petite tricherie de filles vaillantes et travailleuses. A cette époque, les salaires étaient de 15 francs pour la quinzaine !

(Jean-Marc Garnier – Correspondant de Saint Jean de Valériscle – Article paru dans Midi Libre le 22/02/2012)

Posted in ACTUALITES, MÉMOIRE COLLECTIVE, PATRIMOINE | Leave a comment

GRAND-MÈRE RENÉE M’A RACONTÉ L’HISTOIRE DE LA SÉRICICULTURE AU VILLAGE

Renée Lahondes, « la Renée » comme tous les anciens Saints Jeannais ont coutume de l’appeler n’a quitté son village que pour se rendre périodiquement chez l’un ou l’autre de ses enfants. C’est dire si en 95 ans de vie au cœur de son Saint Jean, elle a pu accumuler des souvenirs. Surtout que Renée, a une mémoire infaillible sur tous les évènements de son village qui ont parsemé son quotidien. Dans le premier quart du siècle dernier, l’activité séricicole était encore importante dans le village. Les faïsses étaient couvertes de muriers, l’arbre d’or des Cévennes. Tous les grands mas possédaient d’importantes magnaneries. Le mas Evesque, à la sortie du village, la maison Servier, derrière la mairie, la maison Sihol, le mas Guiraud aux Miniers, le mas Borie au Cambonnet embauchaient du personnel pour ramasser « la feuille », celle des muriers, seule nourriture des vers à soie.
Quand les vers s’étaient « encabanés », c’est-à-dire qu’ils étaient montés dans les branches de bruyère pour faire leurs cocons, c’était le moment d’apporter la récolte à la filature. La filature de Saint Jean, propriété d’une famille Brahic, était au centre du village, derrière le dépôt Midi Libre actuel. Au rez de chaussée se trouvaient les chaudières qui chauffaient l’eau et fabriquaient la vapeur nécessaire à la rotation des bobines. C’était le domaine des hommes. A l’étage, une quarantaine de « bassines » remplies d’eau bouillante servaient à démêler les fils de soie déposés par cinq, six ou huit brins sur les bobines où ils s’enroulaient. Du lever au coucher du soleil, les doigts dans l’eau bouillantes, filles et femmes cherchaient le début du fil de chaque cocon avant de le déposer sur la bobine. Dans la chaleur moite des vapeurs malodorantes et le bruit des courroies d’entrainement des moulins, ce travail était pénible et mal payé. On travaillait pour « quelques sous ». A cette époque, une erreur, un retard dans la cadence, du fil gaspillé, entraînaient au moins une amende, sinon une mise à pied. On ne rigolait pas avec la discipline. Et pourtant, toute cette jeunesse chantait souvent tout en travaillant. La crise de la sériciculture, liée à la concurrence des soies venues d’Asie a mis fin à cette activité longtemps florissante dans nos vallées. La mine fournissait désormais suffisamment d’emplois pour que toute cette main d’œuvre trouve du travail et puisse continuer à vivre au pays.

(Jean-Marc Garnier – Correspondant de Saint Jean de Valériscle – Article paru dans Midi Libre le 19/02/2012)

Posted in ACTUALITES, PATRIMOINE, SERICICULTURE | Leave a comment