NOUVELLE SAISON OLEICOLE

En avance sur les habitudes cévenoles, c’est la pleine période des olivades. Les « olivaïres »  investissent les « faïsses » dès l’apparition des premiers rayons du soleil. « Sacquette » à la taille ou filet étendu au sol, les plus jeunes grimpent dans les arbres ou sur les échelles, pendant que les moins agiles ramassent « de parterre » en toute sécurité. Car sur ces petites bandes de terre soutenues par des murettes en pierre sèche, la mécanisation de la récolte reste complexe et souvent impossible.

Sous l'oeil vigilant d'Edgard Boyac,, président de l'associaion, la trituration va bon train

Sous l’oeil vigilant d’Edgard Boyac, président de l’association, la trituration va bon train

Puis, la récolte terminée, vient le temps du passage au moulin. Rendez-vous pris, chaque propriétaire est fier d’apporter sa récolte.

La pâte est déposée sur des disques en sisal et la presse est montée

La pâte est déposée sur des disques en sisal et la presse est montée

Puis vient la récompense tant attendue, car à l’Olivier cévenol, et c’est une exception St Jeannaise, tous ceux qui apportent au moins 250 kg d’olives sont sûr d’avoir l’huile de leurs propres olives. Mais le rendement reste aléatoire, comme le dit Ferrat : « une année bonne l’autre non ! ».

La presse écrase fortement la pâte  et extrait huile et margines

La presse écrase fortement la pâte et extrait huile et margines

De retour au mas, quel délice de déguster une salade de pois chiches avec « son » huile nouvelle !

Une huile douce et fruitée s'écoule de la centrifugeuse : un régal pour les gourmets !

Une huile douce et fruitée s’écoule de la centrifugeuse : un régal pour les gourmets !

Le moulin associatif est ouvert de 9 h à midi et de 13 h à 16 h.

Prendre contact avant d’amener ses olives au 04 66 25 81 24

This entry was posted in ACTUALITES, AGRICULTURE, PATRIMOINE, TRADITIONS. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire