À L’ASSAUT DES COLLINES CÉVENOLES

© Jean-Marc GARNIER

Autrefois, les collines de la vallée étaient très fréquentées. Les sentiers, tracés à main d’homme, permettaient d’accéder aux propriétés et aux lieux de culture. Les cévenols entretenaient ces chemins qui permettaient de communiquer d’un village à l’autre. Chemins de transhumance pour les troupeaux, de transports pour les marchandises, ou simples sentiers pour accéder à l’olivette ou à la châtaigneraie, tous ces itinéraires faisaient l’objet d’un entretien permanent. Les végétaux envahissants étaient élagués, les murettes effondrées étaient rapidement reconstruites. Les dégâts des eaux de ruissellement, surtout à l’automne lors des épisodes cévenols, nécessitaient souvent de gros travaux. L’ensemble des utilisateurs était mis à contribution et le passage redevenait praticable rapidement.
Las, les châtaigniers ne sont plus entretenus, les « clèdes » (séchoir à châtaignes) se sont éteintes, seuls les chasseurs fréquentent encore ces lieux devenus inhospitaliers, car envahis par une végétation dense.
Ainsi, il n’est pas facile pour des promeneurs de s’aventurer hors des chemins récemment créés à grand coup de bulldozer. Itinéraires oubliés, chemins perdus, il faut une certaine dose de courage et de témérité pour s’engager dans cette aventure. Même avec un guide-chasseur qui connaît bien la montagne, l’entreprise est ardue, surtout sous un soleil de plomb.
Malgré toutes ces difficultés, les Saints Jeannais, partis à l’assaut de la montagne de Lachamp, dans le cadre des randonnées bimestrielles, ont atteint l’objectif fixé.
Fatigués, mais heureux d’être allés jusqu’au bout de leur périple, ils se sont donné rendez-vous pour la marche organisée à l’occasion des 14e Foulées de l’Auzonnet ce samedi 13 juin à 10 h.

(Jean-Marc Garnier – Correspondant de Saint Jean de Valériscle – Article paru dans Midi Libre le 14/06/2015)

This entry was posted in ACTUALITES, LOISIRS, SPORTS. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire