RENEE LAHONDES, LA DOYENNE DU VILLAGE S’EN EST ALLÉE A L’ÂGE DE 97 ANS

© Jean-Marc Garnier

Renée Lahondes, doyenne du village nous a quittés. Elle avait 97 ans. Avec elle une grande partie de la mémoire du village a disparu. Elle était née dans une famille ouvrière et avait vêcu toute sa vie au village. Elle se souvenait de tout ce qu’elle avait vécu, du bon comme du moins bon. Elle avait fait sa jeunesse entre les deux guerres, période pas facile s’il en fut. Elle avait travaillé « à la toile », où elle triait les pierres. Un mariage avec son cher David, puis vint la deuxième guerre mondiale, avec ses privations et ses moments d’angoisse. Ses enfants, Charles et Nadine, puis ses petits enfants et arrière petites filles sont venus mettre de la joie dans la maison. Ces derniers temps, Renée, fatiguée par l’âge, avait du quitter le village pour se rapprocher de sa fille. Quelle joie pour elle lors de visites de parents ou d’amis de pouvoir parler de « son village »
Et Renée se souvenait de tout. Mais le fil d’Ariane de tous ses souvenirs c’était l’entente, la convivialité, l’amitié et l’entraide qui régnaient autrefois entre les St Jeannais.
Lors des obsèques, sa petite fille lui a rendu un vibrant hommage en racontant l’histoire de ses mains que Renée aimait tant contempler.
« Ses mains ridées, desséchées et affaiblies disait-elle, ont été les outils que j’ai toujours utilisés pour étreindre la vie.Elles m’ont permis de m’agripper pour ne pas tomber lorsque enfant je trottinais. Elles ont porté la nourriture à ma bouche. Décorée avec mon alliance, elles ont montré au monde que j’aimais quelqu’un d’unique. Elles ont travaillé, tremblé, cajolé, consolé. Au seuil de ma vie, elles continuent à me soutenir, et je les joins encore pour prier ». Voilà un résumé de la vie de Renée.
Ainsi s’en est allée Renée, entourée des siens, mais aussi de nombreux voisins et amis.
A tous, Midi Libre présente ses sincères condoléances.

(Jean-Marc Garnier – Correspondant de Saint Jean de Valériscle – Article paru dans Midi Libre le 22/02/2015)

This entry was posted in ACTUALITES, ETAT CIVIL, MÉMOIRE COLLECTIVE. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire