NOS AMIS LES CHIENS DISCUTENT DU STATIONNEMENT DANS LE VILLAGE

Youki : Bonjour Mirza. Mais qu’as-tu, tu boîtes ?
Mirza : Bonjour, Saint Jeannais. J’ai un mal à la patte pas possible.
Youki : Que t’est-il arrivé ?
Mirza : En passant en voiture devant les écoles, mon maître a du donner un coup de frein, car les véhicules en stationnement empêchent les voitures de se croiser. Bien que mon maître respecte la limitation de vitesse, il a fallu qu’il s’arrête rapidement car la voiture arrivant en face était comme lui obligée de circuler au milieu de la chaussée. Comme il n’y a pas de ceinture de sécurité pour les chiens, j’ai chuté entre les deux sièges et me suis blessé à la patte.
Youki : Lors de la création d’appartements dans le bâtiment des écoles, rien n’a été prévu pour le stationnement des véhicules des locataires. Depuis, c’est un problème toutes ces voitures garées en partie sur la chaussée. Et je ne te dis pas les week end où il y a une animation au Trianon !
Mirza : A l’autre bout du village, c’est guère mieux !
Youki : Autrefois, dans la rue des Granges, les habitants étaient des piétons. Ce temps est révolu. Maintenant, toutes les familles possèdent une ou plusieurs voitures qu’il faut bien garer quelque part. La rue étant trop étroite, c’est sur la route que se garent habitants et visiteurs.
Mirza : Et pour sortir de ce beau quartier de La Tournelle ! Après avoir slalomé entre les crottes dont nous avons déjà parlé, mon maître a eu du mal à avancer après le porche, car il y avait plusieurs voitures stationnées sur le trottoir. Heureusement, moi qui suis plus svelte, j’ai pu me faufiler entre les pare-chocs.
Youki : J’ai entendu mon maître discuter avec un ancien du village, à la suite d’un article paru dans Midi Libre. A l’époque, il y avait un garde champêtre qui réglait souvent à l’amiable petits conflits et histoires de voisinage. Mais ce temps est révolu. Plus de képi pour faire régner un peu d’ordre dans les petits villages, et c’est bien dommage!
Mirza : Bonne journée. Bientôt, une fois guéri, j’irai faire un tour sur les collines qui m’ont l’air si belles.

(Jean-Marc Garnier – Correspondant de Saint Jean de Valériscle – Article paru dans Midi Libre le 30/03/2012)

 

This entry was posted in ACTUALITES, PREVENTION. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire